Now, what ?

Énième tentative. Je m'appelle Anouck, j'ai bientôt 23 ans.

Je vis à Lyon avec deux myopes : l'un est trop bruyant, l'autre trop discret. On a pas de chat, parce que j'ai dis non. Tous les matins, je me lève à 7h45 pour être en retard à mon école de théâtre dans le 7ème. Je ne mange pas mon taboulé dans le T2 bondé qui va à la fac, parce que j'oublie ma fourchette.
Après ça, j'écris des pièces, des scénarii, et des tas d'autres trucs avec une guitare. J'ai quelques amis branchés et plein d'amis paumés, alors c'est eux que je préfère. J'ai peur des oiseaux et des animaux morts. J'ai pas de maman, c'est con, mais j'ai un frère pas con du tout.

Comme tout le monde, quoi.


mercredi

Bonjour internet.

Tu me fais l'effet d'un cousin sympathique que je ne vois qu'aux réunions de famille. Ou d'une ancienne amoureuse, celle qu'on ne retrouve que dans sa rue d'enfance. Bon, ça suffit, faisons fi de ce lyrisme pathétique et des convenances poétiques : Internet, c'est l'été, alors toi et moi, c'est reparti.

Tous les ans, j'abandonne un blog parce que, ma foi, la vie est hors de toi, surtout quand je suis hors de moi. Et tous les étés, quand ça commence à suinter, l'envie me reprend. Je ne sais pas si tu te souviens de notre dernière conversation, Internet, mais j'étais pas très jouasse. Pour équilibrer les karmas, il est peut-être temps de se saisir du frêle esquif que j'ai esquissé l'été dernier.

Tu vas voir, Internet, entre temps, j'ai enterré plein d'autres gens et je suis de très mauvaise compagnie, tu vas adorer ça. Mais j'ai aussi fais plein de trucs très cool, et pas seulement des trucs funs, non-non-non, des trucs responsables. Des trucs sérieux, tu sais, des investissements, des prises de risques, des machins d'adultes qui prennent leur vie en main.

Internet, je ne sais pas quoi penser de toi, alors je pose timidement un orteil sur ton visage.
On va voir si l'esquif survit.

Ta dévouée,


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire